Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'electric girl

Rock En Seine – Jour 2 : The Horrors, Emilie Simon, St. Paul & The Broken Bones, ALB, Flume, François & The Atlas Mountains, The Ghost Of A Saber Tooth Tiger, Portishead, Thee Oh Sees, etc

31 Août 2014, 20:58pm

Publié par electric girl

 

Aujourd’hui, je reviens pour le compte-rendu du deuxième jour de Rock En Seine – samedi 23 août. Une journée riche en émotions (et en marche pour pouvoir voir le maximum de concert).

 


Je suis arrivée un peu plus tard que la veille –resto qui a duré plus longtemps que prévu. Donc j’ai loupé Dorian Pimpernel, Junip, Giana Factory et la conférence de presse d’Emilie Simon.

Mais j’étais là à temps pour voir le génialissime Paul Janeway de St. Paul & The Broken Bones. Une voix blues chaude et puissante très bien mise en valeur par des instru jazzy épurées. Paul a vraiment assuré sur scène, il a une certaine aura mais n’est jamais dans l’excès. Du coup, le public était présent massivement et électrisé. J’avais déjà entendu des chansons version studio et acoustique et j’avais adoré, mais en live c’est encore mieux.

 

 

 

 

Je suis arrivée à la moitié du set d’ALB, juste au moment où Clément chantait Whispers Under The Moonlight (si ce n’est pas un signe ça). Une bonne performance, il avait l'air très à l'aise avec le public.

 

 

 

Je suis rapidement passée voir Thee Oh Sees car la scène Cascade est en face de celle où jouait ALB : 2 ou 3 chansons donc pas assez pour me faire une idée mais ce que j’ai entendu était sympa.

 

Si je suis partie c’est pour voir Clean Bandit. Je n’ai pas pu voir grand-chose vu la masse de personne devant la scène mais j’ai bien écouté et aimé.

 

Puis retour à la Grande Scène pour voir The Ghost Of A Saber Tooth Tiger – alias Sean Lennon et sa petite-amie/mannequin Charlotte Kemp Muhl. Un live hippie choc, rock avec des pointes psychés. Sean semble bien s’y connaître musicalement (héritage familial), joue bien et a une voix sonnant un peu comme celle de son père. On a même eu droit à une reprise de Golden Earrings issu de l’unique album du groupe US Gandalf (sorti en 1967 quand même). Charlotte est plus effacée et on entend difficilement sa voix fluette. Elle a plutôt l’air d’être l’atout charme du duo que l’atout musical. Même si j’ai bien aimé le live –mieux que les versions studio- je ne peux m’empêcher de me dire en sortant de là que s’il s’appelait Sean Smith issu de Mr et Mrs Smith boulangers à Liverpool, il aurait eu bien moins de succès. Pour preuve, dans le public on parlait plus de lui en pensant à son père que de lui pour sa musique.

 


 

 

 

Je suis partie avant la fin pour me diriger vers la scène Cascade voir Emilie Simon très bien entourée (l’orchestre national d’Ile de France). C’est une artiste que j’aime beaucoup donc j’étais très contente de pouvoir la voir en live. Et sa performance ne m’a en rien déçue. Elle a chanté son amour à Paris, mais aussi ses tubes plus anciens comme Rainbow. Une setlist parfaite et qui allait à merveille avec l’appui musical apporté par l’orchestre, même si les arrangements étaient discrets (tout en douceur comme Emilie). Avec sa pop mélodique, elle nous a emportés dans son un univers fait de douceur, d’amour et de bonne humeur. J’ai aimé sa performance scénique : très naturelle et souriante.

Un très bon live, unique en plus avec une 40ène de musiciens de l’orchestre (la chose nous a été confirmée le lendemain par le directeur du festival).

 

 

 

 

Par contre, j’ai été très déçue par Portishead (et je n’étais pas la seule visiblement, à ce que j’ai entendu dans le coin VIP). Beth Gibbons avait vraiment l’air au bout du rouleau. Certes, c’était le dernier live de leur tournée, mais elle aurait quand même pu faire un effort. A 49 ans, elle avait l’air d’en avoir 70 scéniquement, s’accrochant à son micro comme à une canne. Comparé à elle, Debbie Harry -69 ans- est en pleine forme ! Comme en face il y avait Joey Bada$$ et que je n’aime pas trop ce qu’il fait, j’ai continué à écouter Portishead depuis le coin VIP tout en prenant des notes de ce que j’avais vu jusque-là.

 

Flume a ensuite réveillé la foule, qui en avait bien besoin. Le jeune Australien a assuré un live sans impair.

 

Mais j’ai quand même trouvé le temps de faire un saut à la scène Pression Live voir François & the Atlas Mountains. Je ne suis pas fan de tout ce qu’ils font mais je trouve que leur musique rend bien mieux en live, non pas parce que la musique est différente mais parce que leur énergie est vraiment très communicative. Leurs paroles et instru sont assez simplistes mais en live ça fonctionne : la preuve, c’était bondé.

 

 

En attendant The Horrors, j’ai pu entendre la fin de Flume. J’étais tout devant (pour une fois). Avant l’arrivée du groupe Anglais, pas mal avaient peur que leur venue ne soit pas (à ce que j’ai compris, ils ont déjà posé un lapin à Rock en Seine). Mais les 5 Anglais sont bien apparus sur scène, dans un style gothique/glam rock. Un public plus ou moins convaincu, sauf pendant les titres plus musclés qui rassemblent tout le monde. Il faut dire que le son n’était pas tout à fait bien réglé.

 

                  

                  

 

 

Le live de The Prodigy s’arrêtant après celui de The Horrors, j’ai pu entendre quelques chansons. Ce n’est pas du tout le type de musique que j’aime donc je ne suis pas bonne juge. Mais ils avaient l’air assez dynamiques et le public était content. A ce que j’ai compris (entre les « fuck » du chanteur), c’était leur 3ème fois à RES.

 

 

Bilan du 2nd jour : De bon lives (Emilie Simon, St Paul & The Broken Bones, ALB, Flume, etc) mais quelques déceptions (surtout Portishead). Mais le bon compense largement le mauvais.

 

 

Et vous pouvez (re)voir gratuitement la plupart des lives de Rock En Seine (Emilie Simon, etc) ici grâce à France TV info.

 

 

PS : Les photos et vidéos de l'article sont de moi, du coup ce sont des "photos d'ambience" vu que je n'avais le droit de prendre que ça. Donc merci de me demander l'autorisation avant de les utiliser.

Commenter cet article