Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'electric girl

Mon interview de Zo (+ concours)

3 Avril 2015, 21:48pm

Publié par electric girl

 

Il y a quelques jours, j’ai pu interviewer l’artiste français ZO qui vient de sortir en début d’année son nouvel album très personnel et touchant, les paradis ordinaires (des CDs sont d’ailleurs à gagner en fin d’article).

 

 

Comment as-tu commencé la musique ? Ta famille ou ton cercle amical était dans le domaine ?

Un peu des deux. Ma mère est pianiste amatrice mais très assidue et mon père est un grand fan d’opéra donc la musique a toujours été très présente à la maison. Et c’était pareil du côté amical. J’ai pas mal d’amis qui ont commencé la musique en même temps que moi au collège. Donc j’ai été très tôt dans un environnement musical.

 

Y-a-t’il un artiste qui t’ait donné envie de faire de la musique ton métier ?

Il n’y en a pas vraiment un seul, plutôt plusieurs dans des styles différents.

Ado, j’écoutais beaucoup de groupes anglais et anglophones, aussi bien des choses très classiques comme les Beatles que des sons plus 90’s comme Pearl Jam ou Black Crowes.

Et parallèlement j’écrivais un peu en français. Donc les textes en français se sont mis petit à petit sur les mélodies anglo-saxonnes. Ça m’a davantage attiré vers la chanson française mais plus tardivement que la musique anglophone. J’aimais bien les grands chanteurs français (Brel, Aznavour, Nougaro, etc) mais j’écoutais surtout des chansons actuelles, notamment Mano Solo.

 

Comment envisageais-tu ta musique à ce moment-là ? Plutôt en groupe, en solo, tes propres chansons ou des reprises ?

En fait, en groupe et en solo parce que les deux sont venus simultanément. Au collège, on a monté des petits groupes entre amis. Au départ j’étais attiré par la guitare sans chant. Mais le chant est venu très spontanément. Et finalement ça m’a intéressé de pouvoir travailler ces deux instruments –voix et guitare- simultanément. Et comme j’étais le seul du groupe qui arrivait à le faire, je suis devenu le chanteur/guitariste.

Au départ on faisait plutôt des reprises et comme on écrivait de plus en plus, nos compositions perso ont pris le dessus.

 

Souvent vers cet âge-là on a envie d’être le chanteur du groupe pour la « notoriété », l’égo (les filles, les amis, etc). Est-ce qu’il n’y avait pas aussi un peu de ça ?

Non parce qu’on ne se posait pas trop de questions à ce moment-là. C’est venu naturellement. Je me rappelle que je jouais Back In Black d’AC/DC et le chant est venu naturellement pour m’accompagner à la guitare.

Pour en revenir à ton nouveau LP, comment s’est passé la composition de ces textes si introspectifs et personnels ? Est-ce que ces titres ont été écrits pour le LP ou as-tu repris des titres que tu avais écrit il y a plus longtemps ?

Les chansons ont été écrites pour l’album mais leurs inspirations sont assez anciennes, plus lointaines que  celles du premier album. Cet album est une sorte d’introspection donc j’ai voulu chercher plus loin pour montrer des choses très personnelles.

Mais l’écriture s’est faite plus facilement que pour le premier album, surement parce que j’étais en quelque sorte rassuré par les retours positifs du premier. Il m’était donc plus facile d’exprimer des choses plus personnelles, tout en gardant une part de pudeur et en menant les musiques où je voulais.

 

Ces textes très personnels ont-ils été difficiles à mettre en musique ?

Oui et non. En fait, la composition et l’écriture se font presque simultanément chez moi. Je commence à écrire des paroles et les sonorités me viennent ou inversement. Ma manière de fonctionner est assez spéciale. J’écris  simultanément plusieurs chansons donc des fois les paroles de l’une vont avec la mélodie d’une autre, etc. Ce n’est peut-être pas la meilleure manière de faire mais c’est ce qui marche avec moi.

Ça apporte peut-être plus de cohérence à l’album puisque les chansons sont liées ?

Je n’y avais pas pensé mais c’est vrai que ça peut augmenter la cohérence de l’album. Après, je laisse les choses se faire naturellement, comme je le ressens.

 

Pourquoi as-tu décidé d’appeler ce LP Les Paradis ordinaires ? Ça correspondait à ton état à ce moment-là ?

Oui. Après, j’ai toujours été curieux musicalement et normalement je n’aime pas quand le titre d’un album est le titre d’une chanson. Je trouve qu’on peut créer quelque chose d’autre grâce au nom d’un album et que ça donne trop d’importance à une chanson, un peu comme si c’était la chanson centrale de l’album. Ce n’est pas le cas ici, Les Paradis Ordinaires n’est pas LE titre de l’album. Mais c’est le premier morceau de l’album qui s’est finalisé et il a suivi l’écriture de beaucoup d’autres titres. Il était toujours là pendant la composition. Donc, pour moi qui agis de manière très spontanée, c’était une évidence. J’ai essayé de chercher d’autres titres mais celui-là revenait tout le temps et s’est imposé à moi.

Le LP est sorti fin janvier. Pour le moment, es-tu satisfait des retours (critiques, public) ?

 

Oui, pour le moment les avis m’interpellent et me rassurent car sur cet album j’ai cherché à être le plus sincère possible –ce qui peut paraître prétentieux dit comme ça mais c’était vraiment le but de ma démarche-  et les critiques sont dans l’état d’esprit de ce que j’ai voulu faire. Le public a perçu ce que je voulais transmettre donc ça me fait vraiment plaisir.

 

 

Quels sont tes futurs projets ? Te concentres-tu sur la promo de cet album et les lives ou as-tu déjà des idées pour ton prochain album ?

Je réfléchis déjà un peu au prochain. En fait, le processus musical est assez étrange : on compose au début de  l’année, puis on enregistre, l’album est près à la moitié de l’année mais ne sort qu’à la fin de l’année. Donc ça laisse du temps pour réfléchir à d’autres idées. Surtout que sur cet album j’ai fait les choses étapes par étapes (maquettage puis création puis enregistrement). J’ai déjà quelques idées pour le prochain mais rien de fixe.

Heureusement, je peux aussi me concentrer sur mes lives pour faire revivre les morceaux de l’album, trouver des arrangements différents pour que cela sonne bien sur scène parce que ça ne sonne jamais pareil en studio et en live. Je serai d’ailleurs le 22 avril aux trois baudets et on est en train de prévoir les dates pour cet été.

Penses-tu rester dans ce registre intimiste pour ton prochain album ou explorer d’autres registres ?

Je n’ai pas encore la réponse à cette question. J’essaye de voir une couleur musicale et pour le moment j’aime bien faire des choses  très acoustiques (comme Jaisalmer) et des choses très rock/alternatif (comme Strass Avenue).

Je ne me suis pas encore fixé sur la direction que je veux prendre. Je laisse les choses venir et avec les dates de cet été ça viendra surement tout seul.

 

As-tu des projets à côté en ce moment (collaborations, etc) ?

Pas cette année. J’essaye de ne pas trop me disperser en ce moment. Deux ou trois projets étaient en réflexions mais c’est difficile à mettre en place sachant que mon projet perso me prend beaucoup de temps. On verra comment les choses se passeront par la suite.

 

 

 

Concours :

Pour fêter les presque 6 ans du blog, 3 CDs sont à gagner.

Pour cela, il vous suffit d’envoyer un email à electricgirl1@hotmail.fr avec comme sujet « Concours Zo » en me précisant une chanson que vous adorez écouter en ce moment.

Le concours sera fini le 15 avril à 23h59.

Commenter cet article